Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

Agriculture et radicalisation

«Le Domaine de Bel-Air c’est l’histoire d’un déni sans fin» 

Briser le silence c’est refuser l’indifférence, c’est partir en campagne avec des mots et les images comme armes : rétablir la vérité est l'une des priorités.

Faciliter sciemment les activités d'un collectif identitaire portant atteinte à la sécurité des personnes et/ou de leurs biens, en raison de leur origine, c'est aborder la question de l’abolition du discernement et de la responsabilité pénale en tant que dépositaire de l'autorité publique.

Exploiter l’accès à l’eau comme un moyen de pression et de chantage est comme un outil pour dominer, imposer son pouvoir, et punir en privant délibérément certains du plus élémentaire de leurs droits; ne pas régler les problèmes de l'accès à l’eau potable, c’est volontairement entretenir des risques de conflits dramatiques.

Prendre le volant ivre et défoncé ou à vive allure n’est pas l’exercice d’une liberté, c'est se mettre volontairement en état de tuer.

Initier une politique de développement urbain utopique sans infrastructure routière adaptée engendre irrémédiablement une insécurité routière.


Toutes atteintes à la sécurité des personnes ou de leurs biens ainsi que toutes incivilités font que chaque jour, la vie peut devenir insupportable. La sécurité et la civilité sont des droits et lutter contre l’insécurité et l’incivilité sont des devoirs.

“Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent.”  George Orwell 

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans,

Dans cette partie, nous nous efforçons de vous présenter la radicalisation (les mots ont un sens) d'une certaine communauté agricole locale. Si malgré tout vous aviez encore des questions, vous pouvez alors utiliser le formulaire ci-contre. Nous essaierons de répondre à vos questions.

Nous vous recommandons fortement de lire au préalable la section Bienvenue.


Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie

La bêtise est un spectacle fort affligeant mais la colère d'imbéciles a quelque chose de réconfortant.

Les propriétaires du corps de logis se sont naturellement investis dans les dossiers du Domaine de Bel-Air, pour sauvegarder et protéger leurs biens de la destruction - mais pas seulement Le patrimoine rural bâti et naturel frangypan est lui aussi, malheureusement gravement en danger en ce début du XXIe ; alors, forcément, leur attitude déplait fortement. Avec leurs engagements, ils ont forcément contrarié des projets individuels cupides et froissé quelques susceptibilités locales, prêtent à beaucoup pour se débarrasser de ses gens-là. Projets individuels de transformation urbanistique utopiste que cette population exigeante attentive à sa santé et à sa qualité de vie, réfute catégoriquement.
 
Certains des gens d'ici se sont fait l’écho de commentaires mensongers concernant la situation des propriétaires de Bel-Air. Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu'ils ont été trompés... Nous y avons d’abord répondu de manière lapidaire, préférant nous vivre notre vie de famille, et parce que notre situation est à la fois parfaitement régulière et honnête. Nous n’avons rien à dissimuler.
Cependant, nos réponses n’ont pas empêché certains de propager volontairement doutes, soupçons, et accusations. Des propos qui sont faux circulent pour nous discréditer. C’est notre civisme qui est visé par ces commentaires. C’est notre intégrité qui est questionnée.

Jusqu'ici, les propriétaires ont préféré la retenue face aux provocations, à la violence, persuadés que la surenchère ne ferait que faire le jeu de ces quelques agriculteurs, soupçonné de vouloir se poser en victime pour mobiliser la communauté agricole. Mais la patience arrive à ses limites : après mûre réflexion, les propriétaires ont décidé de rétablir la vérité sur ces sujets, même si cela les ont conduit à révéler ce qui dev(r)ait rester privé.

Les éléments à charge contre ces agriculteurs là et ce collectif identitaire rural ne manquent pas 

Dénis Bel-Air Frangy


Le Logotype MH en noir, symbole de la France incapable de protéger un Monument historique pris en otage par un maire agriculteur. Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie Marianne en pleurs, symbole de cette France du XXIe incapable de protéger un Monument historique ainsi qu'une famille pris en otage par un maire agriculteur. Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

Sans les propriétaires du corps de logis , il n’y aurait pas d’affaires Bel-Air, et plus de Domaine. Depuis 2004, ils ont révélé quelques petits arrangements entre gens d'ici que le petit monde politique haut-savoyard local s’acharnait à nier, puisque constitué principalement ... de gens d'ici. Tout était connu, bien avant que ces lanceurs d’alerte venus d'ailleurs, ne les signalent publiquement. Mais l’inertie générale des autorités, leur incroyable propension à ignorer les signaux d’alarme, l'incompétence d'experts, ont abouti à mettre en place un lourd couvercle de silence sur Frangy.

Les preuves, pardon les indices sont là, et ce ne sont pas ces tentatives d’intimidation, les courriers de M. Le Maire qui vont arrêter les propriétaires. Une autre forme de chantage exercé par l'édile de Frangy est de les épuiser financièrement dans le but de les réduire au silence. Le calcul est cynique mais pas parfait.

Ce sont des fous, ce sont des paranos, ils sont hystériques.

Briser le silence c’est refuser l’indifférence, c’est partir en campagne avec des mots et les images comme armes : rétablir la vérité est l'une des priorités.

Une petite idée de ce qui se passe au Domaine de Bel-Air sous forme de tableau de bord. Une petite idée de ce qui se passe au Domaine de Bel-Air sous forme de trophées.
Les Alertes ou l'Etat incapable de faire respecter la loi Suivez-nous sur notre chaine vidéo sur YouTube ! Suivez-nous sur notre gallerie photo sur FlickR ! Mur de la honte, Frangy, Haute-Savoie.

Tous ces faits portés à votre connaissance par L'Asso, ont pour but de rompre la chape d’impunité qui sauve ceux qui perpétuent ces infractions caractérisées, en cherchant le respect et éventuellement la justice. Tout est permis, tout leur semble permis, dans ce petit village où une poignée de nés natifs, au profit d’intérêts particuliers, fait régner la peur, l'animosité vis à vis de celui qui vient d'ailleurs et qui dérange. Enfermés dans une logique identitaire, ces individus qui ne respectent (même) pas le(ur) patrimoine s'en donnent à cœur joie contre ces néo-ruraux de propriétaires et leurs enfants. Cette manière de régler les conflits par ces gens d'ici, n'est pas rare à Frangy : la grande indifférence des autorités l'est.

La gendarmerie, force de sécurité au service (de la protection d'un bien commun) de la nation ?  Les gendarmes sont, on le sait, des militaires dont les missions sont essentiellement civiles. En tant que force de la sécurité intérieure en charge de missions de sécurité publique, de lutte contre la délinquance, la gendarmerie est sans doute l'institution militaire la plus fréquemment au contact de la population (de l'ensemble) des territoires français, et ce, dans un contexte de demande de plus en plus forte de sécurité de la part des élus locaux et de leurs administrés. Sauf que tout semble bien différent à Frangy et notamment à Bel-Air.

Les acteurs étatiques, des protagonistes aux intérêts divers Domaine sous surveillance à bel-Air

M. Le Maire, Alain Poyrault, devant la déléguée du Procureur de la République de Thonon-les-Bains, Sophie Salager refuse catégoriquement toute installation et proposition d'installation privée de la vidéo-surveillance aux abords de la cour exigüe de Bel-Air, ouverte pour l'heure au ... public. "Vous n'obtiendrez pas l'aval de M. Le Préfet sans mon feu vert"

L'attitude des autorités suscite un sentiment d’impunité insupportable. Nous autres, les gens d'ailleurs savons désormais que nos vies sont potentiellement en danger du fait que nous sommes ... des gens d'ailleurs. Le nombre de frangypans rencontrés et ayant décidés de quitter le village, devenu une ville quelconque aujourd'hui défigurée et le département est tout simplement stu-pé-fiant.

Nous prenons au final ces manœuvres comme autant d’encouragements à poursuivre nos croisades que nous avons engagées à Frangy, qui montre une nouvelle fois combien notre village à tous a besoin d’être changé.
Les propriétaires ont déjà fait la preuve de leur liberté à l’égard d’un système politique local auquel sont indéfectiblement attachés certains gens d'ici pour la très bonne raison qu’ils en vivent. 

Les propriétaires s'en prennent à ceux qui ne respectent rien - ni les biens, ni les personnes, à ceux qui se retrouvent dans l'esprit ou dans les faits de ce collectif identitaire rural ABAG. Ils ne supportent pas l'injustice, l'incompétence d'où qu'elle proviennent, et n'hésitent pas à l'écrire et à le faire savoir. 

"Ceux qui confondent délation et dénonciation, je les invite à regarder le dictionnaire(. .. ) Si la délation est condamnable car se faisant au détriment de gens honnêtes, la dénonciation est un devoir républicain prévu dans la loi et permettant de lutter contre les délinquants. "  Frédéric Lefebvre 


Ils l'ont dit, mais ils ne l'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir Ils l'ont fait, mais ils ne l'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir

Quel meilleur exemple que notre langage pour mettre en exergue les incohérences de notre société. Ils l'ont dit/fait, mais ils ne l'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir

A tous ceux qui le souhaitent, via l'Espace volontaires, devenez volontaires, mobilisez-vous, exprimez-vous,  proposez, offrez aux générations futures la fierté d'avoir pu contribuer à la sauvegarde d'un patrimoine rare en Haute-Savoie.

Sincères remerciements, 

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association