DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage à la mise en danger: vitesse, alcool et trafic routier dans la cour Bel-Air. Le chantage de la distribution et de l'accès à l'eau potable

12/05/2005

Les Croisades de l'Asso Croisade N°7 "Lanceurs d'alertes" à Frangy

Plus qu'une simple connaissance de l'actualité, c'est une analyse et une mise en perspective de l'information que vous propose l'Asso. Plus qu'une expérience patrimoniale, une expérience de vie !

Ils l'ont fait, mais ils ne l'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir

Quand on voit ce qu'on voit, que l'on entend ce qu'on entend et que l'on sait ce que qu'on sait, on a raison de penser ce qu'on pense.

Vous avez le droit de savoir.

"A force de tout voir l'on finit par tout supporter… A force de tout supporter l'on finit par tout tolérer…  A force de tout tolérer l'on finit par tout accepter…  A force de tout accepter l'on finit par tout approuver !  Saint Augustin"

Chers Amis, chers partenaires,

Dans cette partie, nous nous efforçons de vous présenter ce qu'"ils" ont dit, mais qu'"ils" n'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir. Si malgré tout vous aviez encore des questions, vous pouvez alors utiliser le formulaire ci-contre. Nous essaierons de répondre à vos questions.

Nous vous recommandons fortement de lire au préalable la section Bienvenue.


Les Alertes ou l'Etat incapable de faire respecter la loi Ils l'ont fait, mais ils ne l'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir Ils l'ont dit, mais ils ne l'assument pas toujours. On est là pour se rappeler à leur bon souvenir Revue de presse, l'essentiel décryptée par l'Asso

La septième "croisade de Bel-Air" débute dès 2004, devant ces multiples refus implicites d'agir des élus, ... mais aussi d'un acteur central et dont malheureusement même dans notre démocratie en France, il ne semble pas être possible de mettre son ... (in)action en cause, du moins pour de simples citoyens. En parler, vous amène en correctionnel pour outrage !

Depuis 2004, l'installation d'une famille de néo-ruraux avec leur enfants au domaine de Bel-Air suscite un déchaînement de commentaires. Avec une outrance involontairement comique, ce cas particulier est devenu, comme toujours dans notre débat public, un enjeu métaphysique. L'arrêt du projet de destruction du domaine de Bel-Air, va sans aucun doute tuer la reprise économique du GAEC Lo Pres Dary  moribond, tandis que l’architecture contemporaine, outragée, va se retirer de Frangy, devenue une triste ville musée sans avenir, ni aucun chic international… Enfin, puisant aux meilleures sources des Cafés du commerce du centre-bourg, certains rappellent qu’avec des histoires pareilles, on n’aurait pas bâti le(ur) Frangy sans lendemain… Avec sa rhétorique de grosse-caisse, la contre-offensive de M. Le Maire, contrarié dans ses projets de ferme(s) industrielle(s), masque évidemment les véritables questions que soulève cette affaire.

Frangy ne s'ouvrira pas au monde !


Lancer l’alerte n’est, ni plus ni moins, que le fait d’informer la population de faits et de situations qui l’intéressent, au sens où elle y a intérêt. Le lancement d’alertes touche nos vies et nos sociétés au quotidien, par la révélation et la prise de conscience de situations que l’on ignore ou auxquelles les propriétaires n'avaient pas réfléchi. Pourtant, la confusion entre délation et information subsiste, entre lancement d’alertes et complotisme aussi. Cette confusion est largement entretenue par ceux-là mêmes qui sont à l’origine des situations contraires à l’intérêt général.

On comprend que ces derniers n’aient pas envie que les investigations entreprises et autres publications aillent au delà de ce qui est visible et qu’"ils" souhaitent empêcher les propriétaires de divulguer documents (administratifs), vidéos, rapports, ... analyses. Car la situation est sans doute encore bien plus grave que celle qui est dénoncée. Les propriétaires publient et diffusent ce qu’il est convenu d’appeler des alertes. Ils le font sur la base de faits et dans le cadre précis de ce qui est exigé de toute personne qui s’exprime publiquement, n'en déplaise à M. Le Maire, Bernard Revillon qui s’agite auprès de MM. Le Procureur de la République, Préfet, sous-Préfet, commandant de Gendarmerie .... - Le cadre juridique existe déjà, comme le montre la Cour européenne des droits de l’homme dans ses jurisprudences au nom de la liberté d’information, de pensée et d’expression.

Comment de tels faits indiscutables à l'encontre de personnes, d'enfants et d'un bien commun, peuvent sur une telle période, perdurer ? Comment un agriculteur, devenu maire d'un village peut-il agir de la sorte à l'encontre d'administrés et du patrimoine protégé, pendant une telle période, sans être semble t-il inquiété par les autorités constituées



Les Croisades de l'Asso Les Alertes ou l'Etat incapable de faire respecter la loi

Ces alertes s’adressent à tous ceux que nos combats intriguent et que la démocratie concerne. Votre droit, à toutes et tous, qui que vous soyez, quels que soient votre condition, votre origine d'ici ou d'ailleurs. Vous, les frangypans, pour agir, vous avez besoin de SAVOIR. Savoir ce qui se dit, se fait, se trame, se décide, s’organise, au nom de l’intérêt général ... ou pas ! A Frangy, des nés natifs, tirent profit de la faiblesse non pas de la législation, mais des hommes, d’une insuffisante application des lois et des contrôles: le cas est édifiant.

La voie est libre pour se faire justice ou tenter de le faire !



Alertes de Frangy, le droit de savoir Frangy, Haute-Savoie, France

Les Savoyards ont toujours eu la réputation d'être des procéduriers invétérés à l'instar des "plaideurs " de Racine. Les propriétaires ainsi que certains empêcheurs de tourner en rond vous le confirment, M. Le Maire, Bernard Revillon, agriculteur de vieille souche est l'un d'entre-eux, c'est indéniable ! On ne compte plus les procédures engagées par la mairie et cet individu contre certains de ses administrés. C’est qu’une collectivité territoriale vindicative se persuade qu'elle aura toujours raison de ces quelques gens d'ailleurs, ces néo-ruraux, qui ne pourront résister bien longtemps au cynique et fastidieux combat du pot de fer contre le pot de terre

Si les acteurs judiciaires défendent le principe d’égalité de tous, certains élus pensent en fonction de leurs intérêts particuliers. Ils ont du temps et n’engagent pas leur argent; ils sont même indemnisés pour cela. Inutile donc d’espérer de leur part une justice de raison ou de bon sens. Ils règlent leurs comptes, souvent personnels, la main sur le cœur, s’exonérant de toutes explications, glorifiant les verdicts en leur faveur, devenant discrets lorsqu'ils sont contraires. 
Le maire bénéficie d’une double casquette - il est à la fois agent de l’État et agent de la commune en tant que collectivité territoriale. En tant qu’agent de l’État, sous l’autorité de M. Le Préfet, le maire remplit des fonctions administratives. Sous l’autorité du Procureur de la République, il exerce des fonctions dans le domaine judiciaire : il est officier d’état civil et officier de police ... judiciaire. Et quand M. Le Maire est aussi un agriculteur de vieille souche signataire d'un collectif identitaire rural, cela decrait éveiller la curiosités des autorités constituées.

Les propriétaires ne disconviennent pas de la légitimité de M. Le Procureur de mener toutes les investigations utiles qu’il jugera nécessaire.

All Alertes Frangy



Patrimoine : indiquez-nous les mochetés près de chez vous Frangy, Haute-Savoie, France Quelques mots sur certains des villages aux alentours de Frangy, Haute-Savoie, France Région rhône-Alpes

L’on imagine qu’il est plus simple et plus électoraliste d’annoncer porter plainte contre ceux qui dénoncent de telles alertes, que d’avoir la sagesse de réfléchir au sens profond de ses actions et de leurs implications.

En mairie, beaucoup de procédures inutiles encombrent les tribunaux, jusqu’au Conseil d’État qui s'en agace, coûtent très cher à la collectivité et font fuir les meilleurs. C’est ce que l’on appelle l’injustice idéale ou l’électeur abusé ferme les yeux sur l’incurie de l’élu. Par chance, la justice expéditive des supplices, du bagne et de la peine de mort est supprimée ! Hélas, elle est remplacée dans certains villages par de pernicieuses mesures de rétorsions : fait du prince, préemption, ZAD, DUP, mise en demeure, inégalité de traitement, manipulations, ... désinformation, mensonge, insinuation, retard administratif, obstructions … avec ses corollaires: favoritisme, clientéliste et impunité. Les exemples pullulent. Les irréductibles du pouvoir absolu savent bien qu'il ne faut jamais contrarier l’égo démesuré d'un petit homme rondouillard, afin de ne pas risquer la disgrâce.

L'un des soucis est la durée des procédures (le temps n'a pas la même valeur pour tous), couplée à l'organisation de notre défense. Un agriculteur de vieille souche, membre d'un collectif identitaire rural qui ne veut que du bien aux propriétaires, propulsé maire depuis 2012, engage des sommes considérables pour  attaquer les propriétaires de toutes parts. 
Les propriétaires se jettent innocents, perdus et naïfs chez des avocat(e)s pensant qu'ils vont se sauver avant de réaliser, des années plus tard, que pour certains leur métier n'est pas de défendre la veuve et l'orphelin, mais qu'ils sont au service d'un business : les tarifs sont inadaptés aux portefeuilles des citoyens lambda et M. Le Maire et le PDG de TRANSAVOIELAIT M. Alain Descombes le savent bien. 

Quant aux autres (avocats), batailler face à une collectivité ne les enchantent guère et le font savoir immédiatement aux propriétaires.

Ces poursuites systématiques ou procédures dites bâillons visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler tout lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables d'entreprises. Objectif : les dissuader d’enquêter et les réduire au silence. C’est l’intérêt général et la liberté d’expression qui sont ainsi directement attaqués. Les communautés locales, les journalistes, les associations, les avocats, ou les lanceurs d’alerte : tous les maillons de la chaîne des défenseurs de droits sont visés par ces poursuites.

Droit de Savoir


J+5000 Vous pouvez encore agir Lanceur d'alerte MH Mur de la honte, Frangy, Haute-Savoie. Le Logotype MH en noir, symbole de la France incapable de protéger un Monument historique pris en otage par un maire agriculteur. Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie Marianne en pleurs, symbole de cette France du XXIe incapable de protéger un Monument historique ainsi qu'une famille pris en otage par un maire agriculteur. Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

Au Domaine, même constat alarmant : les propriétaires sont les témoins privilégiée du parcours chaotique qui leur est offert. Ils ont compris, un peu tard certes et surtout à leurs dépends, que certains ont préféré protéger leur carrière, leurs statistiques, leur (ré)élection, voire leur avancement, afin que victimes, de leurs incompétences, de leurs mensonges ou de leur malhonnêteté, aient à gérer leur ... survie. Se le répéter chaque jour est d’une violence inouïe. Aucune psychose, aucun délire, et aucune perte de contact avec la réalité : rien que des faits.

All Alertes Bel-Air

En apparence, tout est normal. En apparence, tout va bien. Mais ce ne sont justement que des apparences. Derrière le paraître nécessaire, c'est juste des vies bouleversées. Il est impensable de se retrouver au banc, quand on est honnête et que l'on a aidé son pays à sauvegarder et protéger un patrimoine rare. Les propriétaires ont contacté et invité  pléthores d'élus de Haute-Savoie, ... Aucun n'a répondu à nos courriers et invitations.

All FAQ Guide Connaissance Actu Alerte


Le discrédit qui s'abat sur les propriétaires depuis 2004 est continu.  

La culture du mensonge est digne d'une technique mafieuse: on discrédite puis on tente par tous les moyens d'éliminer les gêneurs. Si nous étions en démocratie, les règles, les lois et les règlements seraient appliqués, les coupables seraient jugés et condamnés. A l'heure où les propriétaires écrivent ces lignes, il est évident qu'ils sont plus condamnés que les coupables. Il ne faut pas que du courage, il faut une énergie démesurée, une force psychologique impressionnante pour continuer à se battre pour que nos dossiers aient une potentielle issue favorable et au-delà de la question juridique, pouvoir continuer à croire dans la démocratie, en la justice.

Les propriétaires subissent un épuisement physique et psychologique démesuré. 

Les propriétaires n'ont extorqué personne, ils n'ont rien volé, ils n'ont jamais menti, ils ont (juste) dénoncé les manquements à la loi répétés au profits de nés natifs dans ce village de l'avant-pays savoyard aux mains de certains agriculteurs et de certaines vieilles familles de ... souche, et accessoirement sauvé de la destruction leur château (à eux), en fait notre maison dont personne ne voulait il y a quelques années encore. 
Domaine, que M.Le maire et son adjoint agriculteur omniprésent souhaitaient détruire pour faire transiter dans la cour exigüe du XVIIe, des engins agricoles, poids-lourds béliers, vers les GAEC Lo Pres Dary et Les Aricoques; mais l’État Français a abandonnés les propriétaires, une fois l'inscription actée. Un maire devrait être le maire de tous, et pas seulement de ses partisans; il ne devrait pas être sectaire, ni vindicatif.

Un retournement de situation spectaculaire et incompréhensible pour les  propriétaires encore aujourd'hui après des années d’interrogation : "Nous avons fait notre boulot (...)" dixit LE conseiller de Mme La Ministre en charge des Monuments historiques. "Nous avons fait tout ce qui était possible (...)" Commandant de groupement de Gendarmerie Haute-Savoie, .... Cela n'intéresse absolument personne: les vieilles pierres  n’intéressent résolument personne, pas même ces élus de Haute-Savoie, pas même les gens d'ici, de peur, probablement de se mettre à dos l'édile.

Alertes Frangy ensemble

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association