DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Le chantage à la mise en danger: vitesse, alcool et trafic routier dans la cour Bel-Air. Le chantage de la distribution et de l'accès à l'eau potable

12/05/2005

Les Croisades de l'Asso Croisade N°6 "Organisation et idéologie à Frangy"

Comprendre le système en place

Sur le plan social, des familles habitent depuis plusieurs générations sur les mêmes terres : ce sont les nés natifs. Et de l’autre, la plupart est composée des étrangers venus s’établir depuis quelques dizaines d’années tout au plus. 

Les premiers savent que Frangy leur appartient. Ils considèrent que les autres ne font qu’en profiter et nourrissent à leur endroit des sentiments mitigés ...

Vous avez le droit de savoir.  

"Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer, car l’amour naît plus naturellement dans le cœur de l’homme que son contraire. " Nelson Mandela

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans,

"Organisation et idéologie à Frangy"
(en cours de construction) 

La sixièm"croisade de Bel-Air" débute dès 2004, il s'agit de COMPRENDRE les différentes luttes d'influences et de pouvoir, les éventuelles relations entre les protagonistes, ce communautarisme exacerbé ainsi que ce repli identitaire qui gangrène tant Frangy aujourd'hui. "Ensemble, choisissons Frangy "


Les Croisades de l'Asso Le Système, d'autres utiliseront baronnie (Organisation et idéologie à Frangy)

La transparence permet à chacun de comprendre, d'être associé aux décisions, de contrôler et de proposer. La transparence est une exigence dans la conduite de l'action publique car elle soumet les décisions au contrôle de tous. La transparence est surtout une garantie d'amélioration permanente. Elle permet d'identifier des erreurs et de les corriger. Elle permet aux citoyens de mieux s'impliquer. La transparence est un gage d'efficacité publique. Au pire, la transparence est inutile, mais elle n'est jamais néfaste.

A l'opposé, l'omerta conduit à ce que des dérives perdures. L'omerta empêche l'identification des problèmes et leur résolution. L'omerta interdit la prise de conscience collective. Elle infantilise les citoyens et l'opinion publique en les écartant des décisions publiques qui les concernent. En matière de marchés publics, d'utilisation des fonds publics autant que de harcèlement sexuel, l'omerta permets aux archaïsmes de perdurer et interdit le progrès. C'est la raison pour laquelle l'omerta est l'une des règles fondatrice des sociétés criminelles pour ne pas être soumis au jugement collectif.

Manifestement, il y a un choc culturel entre le parcours professionnel dans des entreprises internationales à la culture anglo-saxonne et les pratiques que les propriétaires constatent dans certaines vallées recluses de Haute-Savoie. Aux États-Unis, on considère que la liberté d'expression est si importante au progrès de la société qu'il est préférable d'autoriser d'en dire trop que d'interdire de parler de certains sujets. C'est même l'objet du premier amendement de la constitution américaine.

En France à l'opposé, dans le cas de diffamation, contrairement à tous les autres délits, il y a une présomption de culpabilité. Il revient à l'accusé de prouver son innocence. La citation à comparaitre au tribunal correctionnel est automatique... contrairement aux accusations de meurtre ou de viol ou l'auteur est présumé innocent et sa comparution est soumise à l'appréciation d'un juge ou d'un procureur ! Bref, culturellement, celui qui parle est préjugé coupable.

Mettre sur la place publique les faits dont les propriétaires ont été témoins n'a été ni facile, ni agréable. Mettre le citoyen face à ses responsabilités n'est pas agréable pour le citoyen non plus. Mais c'est indispensable pour que les problèmes soient résolus à son service.

Pourtant, il est des évidences qui militent pour la transparence plutôt que pour l'omerta : aucun problème ne se règle par le silence. Les diagnostics doivent être publics et partagés pour donner lieu ensuite à des changements. Aucun pouvoir ne change les pratiques qui le confortent sans qu'il n'y soit politiquement contraint par l'opinion publique. Alors, oui, les propriétaires font le choix de la transparence plutôt que celui de l'omerta.

Pour les propriétaires, il y a un pacte de silence, qui traduit un comportement typiquement maffieux à Frangy.


Le Système, d'autres utiliseront baronnie (Organisation et idéologie à Frangy) Frangy, Haute-Savoie, France Indiscrétions 

Le pouvoir véritable repose entre les mains des nés natifs. C’est un pouvoir moral. Ils possèdent Frangy, les commerces, les services, les terres, le savoir faire, la tradition. Ils imposent leurs règles par le jeu très fort des coalitions de famille qui peuvent rapidement faire bloc contre l’individualité des nouveaux arrivants. Mais ils ne possèdent pas le nombre. La démocratie s’inscrit en faux. Les plus forts sont les moins nombreux mais ils ont la capacité de mobiliser rapidement le clan familial selon des intérêts immédiats bien sentis.
L'organisation sociale dans le village, à l'instar de certaines sociétés (...) repose sur un système lignager voire clanique, qui constitue la base des liens de parenté. L'unité de référence est la famille issue de vieille souche, voire de très vieille souche (ndlr : d'après ces mêmes personnes). Les descendants de la lignée portent le même patronyme et habitent généralement regroupés dans le même hameau depuis ... plusieurs siècles : quatre, cinq siècles pour de très nombreuses familles. Il y a même une famille présente dans le même hameau depuis ... le XIIIe soit plus de huit cents ans ! La communauté familiale est placée sous l'autorité d'un aîné, d'un patriarche. Il veille à la ... bonne destinée de ses membres.

Beaucoup affirment que les propriétaires n'ont rien à voir avec ces éventuelles dérives. Nous pensons au contraire que nous les avons trop longtemps cautionnées par nos silences. Pas seulement nous simples citoyens, simples néo-ruraux, simples étrangers. Nous considérons que nous sommes tous collectivement responsables de certaines affaires retentissantes et de nombreuses autres dérives locales. Faute d'avoir utilisé de notre liberté de vous informer, les propriétaires portent aussi une part de la responsabilité de ces dérives.

Qui parmi nous lis avec attention les rapports des cours des comptes, les comptes-rendus du conseil Municipal, ceux de la Communauté de Communes, de tous ces syndicats et autres commissions (que le monde nous envie) et interpelle ses élus ? Qui parmi nous épluchent les comptes administratifs ? Qui adhère à une association de contribuables et demandes des comptes sur l'utilisation des fonds publics ? Qui exprime l'exigence de la transparence et veille à son application ? Qui parmi nous saisi la Commission d'Accès aux Documents Administratifs lorsque des documents qui devraient être publics ne le sont pas ? Qui demande à voir les rapports d'analyse des offres des marchés publics accessibles à tout citoyen ? Qui s'assure que les subventions sont attribuées en fonction d'intérêts généraux ? Qui milite pour la suppression des enveloppes parlementaires, héritage de pratiques féodales ?

Ils se tiennent les uns les autres, car, au fond, leur intérêt est le même : perpétuer un système qui ne fonctionne plus, quoi qu'il advienne de leur village ... à eux.

Indiscrétions La ruralité les nés-natifs frangypans

Le bonheur n'est plus dans le pré depuis longtemps.  De part et d'autre, les images d'Épinal se craquellent et l'amour des Français pour leurs ancêtres, les paysans, se ternit de jour en jour. Côté paysan, l'inquiétude et le mécontentement boursouflent les jours et les nuits de leur vie, endeuillent leur avenir. En effet, de nombreux agriculteurs vivent leur métier dans la souffrance morale et économique. Du haut de leurs engins de plus en plus performants, les céréaliers ne sourient pas ou peu. Les éleveurs grincent des dents quand ils nourrissent leurs animaux en tous genres sous des hangars fermés. Quant à ceux qui ont choisi d'exploiter la terre autrement, ils doivent se contenter de peu car les aides européennes ne leur sont accordées qu'au compte-gouttes.  Pendant ce temps, l'abcès de l'agriculture intensive et productiviste gonfle de jour en jour sans que personne ose dénoncer le scandale financier et écologique d'une agriculture dangereuse pour tous, à commencer par les agriculteurs eux-mêmes qui sont souvent les premières victimes des intérêts de puissants lobbys qui dictent à l'Etat, par le biais des institutions et des syndicats, leurs ordres. Aucune contestation n'est possible et personne ne souhaite vraiment briser l'omerta imposée par une "mafia agricole".

All Portrait Gens d'ici

Patrimoine, politique de protection, et politique  sont indissociables. Comment ne pas s'intéresser à la politique locale - c'est-à-dire à la vie publique, à la collectivité ? N'est-il pas irréaliste et politiquement dangereux de soumettre la politique à une morale qui se donne comme absolue mais dont le contenu varie selon les lieux et les époques ? L'Association souhaite porter à la connaissance des frangypans et du public, selon le droit lié à la réutilisation des informations publiques, ce que certains qualifient, d'intérêt public et d'autres, de système, voire de clientélisme politique.

All Système Frangy

L'Association compte tout particulièrement sur votre mobilisation :  annoncez, reprenez et commentez en direct sur internet ce billet/post ! INSCRIVEZ vous à la newsletter

Sincères remerciements,

Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association