DirectTV Domaine de Bel-Air XVIIe, Frangy, Haute-Savoie Agriculture & radicalisation à Frangy, Haute-Savoie Chiffres clés, Domaine de Bel-Air au XXIe, Frangy, Haute-Savoie

09/12/2004

Frangy, Les acteurs étatiques, des protagonistes aux intérêts divers

LÉtat français est devenu incapable de faire respecter la loi. 

La société actuelle tend semble t-il à promouvoir la médiocratie : la protection et la sauvegarde d'un bien commun de la nation comme le domaine de Bel-Air face à un agriculteur né natif, aujourd'hui maire, et d'un collectif identitaire rural, en est un exemple flagrant et tellement révélateur de la société française actuelle.

Tous ceux qui ont du pouvoir ont tendance à en abuser. 

La France ne peut pas laisser ses enfants se faire menacer par de petits barons ruraux locaux. 

"Si tu veux connaitre quelqu'un, n'écoute pas ce qu'il dit mais regarde ce qu'il fait."

Chers Amis, chers visiteurs, chers frangypans, 

Lorsqu’on voit d’étranges choses se passer et qu’on se demande pourquoi elles (nous) arrivent, prendre du temps pour voir comment tout cela s’articule est essentiel, et en conclure qu’il y a forcément une raison à toute chose. Rien n’est le fruit du hasard.
Les propriétaires du corps de logis regrettent, l’aveuglement surprenant –  incroyable si l’on y songe – de ceux qui, aux affaires, croient pouvoir tabler à l’infini sur la patience des gens de bien. On tire, on tire sur la ficelle. Nous craignons qu’elle ne finisse par céder. 


Dans cette partie, nous nous efforçons de vous présenter les acteurs de ce petit morceau d'histoire du XXIe en milieu rural. Si malgré tout vous aviez encore des questions, vous pouvez alors utiliser le formulaire ci-contre. Nous essaierons de répondre à vos questions.

Nous vous recommandons fortement de lire au préalable la section Bienvenue.



Image des principaux acteurs Les acteurs étatiques, des protagonistes aux intérêts divers Les acteurs étatiques, des protagonistes aux intérêts divers

Il faut surtout pointer ici des causes plus profondes.

Si tous les hommes ont reçu par nature la raison, comment se fait-il qu'ils soient souvent dans l'erreur et qu'ils se perdent dans des conduites irrationnelles ? Si la raison est pouvoir de distinguer le vrai du faux, quel ordre ce pouvoir doit-il suivre pour penser parfaitement ?

L’autre est étatique :  Le système du patrimoine ayant été construit par un État jacobin depuis 1830, la nouvelle donne politique bouleverse logiquement tout. Le symbole de ces tiraillements est bien connu : objet de toutes les critiques et de toutes les menaces, l’architecte des Bâtiment de France est un petit soldat jacobin resté seul sur le front de la décentralisation. Sa position est naturellement intenable : trop faible pour les défenseurs du patrimoine, il est encore trop fort pour ses ennemis.

L'attentisme, voire le laisser-faire de la Direction Régionales des Affaires Culturelles Rhône-Alpes, dont dépend les services territoriaux(départementaux) de l'architecture et du patrimoine (ST(D)AP) témoigne de la perte de repères complète de cette administration quant à sa mission première, la protection du patrimoine.

Le silence des affaires culturelles du département ainsi que du ministère de la Culture et de ses services sur ce sujet est honteux et prouve une nouvelle fois qu’ils ne servent pas à grand-chose.

Des préfets, sous-préfets qui ne répondent jamais et qui changent tous les quatre matins. Une valse trop rapide aux effets délétères. Cette instabilité nuit à la continuité des politiques publiques et donc à leur efficacité, complexifie le partenariat entre Etat et collectivités territoriales, effrite la légitimité des préfets auprès de leurs équipes, des élus locaux et des propriétaires de Monuments historiques vandalisés.

Des militaires qui s'abstiennent de se déplacer, des militaires qui s'abstiennent d'assurer l'une de leur mission, celle d'assurer la sécurité des biens et des personnes, des militaires qui ont bien d'autres priorités bien plus urgentes depuis tant d'années. Des militaires régulièrement mis en cause (les mots sont pesés) Comment en effet ne pas admettre, que depuis 2004 pour être précis, que ce qui devait être fait, ne l'a pas été.
Enfin des miliaires ... qui nous intimident, nous interpellent, nous menottent, et nous interrogent. Tout ceci nous était incompréhensible.

Pour les propriétaires, l’incompréhension a rapidement fait place à la colère. Comme d’autres victimes, comme d'autres propriétaires de Monument historique, ils accusent les pouvoirs publics d’avoir fermé les yeux. Dés 2005, ces derniers savaient que certains des agriculteurs et M. Le Maire posaient (des) problèmes par leur comportement. "Ils" n’ont pas évalué les conséquences que cela pourrait avoir et ont laissé délibérément faire par la suite.  

LÉtat français, ses services, ont fait, ce qu'ils devaient faire,d'après les propos mêmes du chef de cabinet de Mme La Ministre; c-à-dire, protéger et sauvegarder un patrimoine en danger. Tout le reste, ... les effets de bord et l'humain n'a jamais été leur problème. Depuis l'inscription au titre des Monuments historiques en 2010, "ils" refusent toutes communication, "ils" font l’autruche car "ils" ne savent plus comment gérer les dégâts et la situation qui a très largement dégénérée ....

Alors, forcément quand il est question de l'action d'un agriculteur, signataire d'un collectif identitaire rural, devenu maire, de forces de l'ordre et de la Justice, tout se complique. Mettre en exergue l'inaction de gendarmes, a eu, et a toujours aujourd'hui des conséquences que nous ne pouvions soupçonner, dans une démocratie. Pour rappel, l'exercice effectif de la qualité d'officier de police judiciaire (OPJ) d'un gendarme est subordonné à une habilitation délivrée par ... le procureur Général. Quant à M. Le maire agissant au nom de l’État, il est placé dans un rapport hiérarchique auquel il ne peut pas se soustraire: il dépend directement d’une autorité de l’État qui selon le cas sera soit MM. le Procureur de la République, soit le Préfet.

All Portrait Etat Protection

Dans ce contexte difficile, les associations constatent avec tristesse que l’État n’est pas toujours le garant impartial de notre patrimoine naturel et bâti. Ainsi, dans nos combats majeurs, il est soit faible, soit complice des vandales que nous dénonçons.

À Frangy, c’est le ministère de la Culture et le Conseil Générale de  Haute-Savoie qui ne se sont pas opposés à la destruction du vieux centre historique, effective en décembre 2014, le premier en refusant une instance de classement et le second en étant aux abonnés absents

Quant aux ... experts en tout genre, il y aurait (aussi) tant à dire et à écrire. (...)

Les experts

Ces experts de haut niveau assurent des missions de conseil, d'audit ou de médiation qui requièrent une expérience diversifiée et une grande capacité d'analyse et de proposition. Ils peuvent se voir confier l'analyse d'organisations ou de méthodes de management. Ils peuvent également proposer des mesures d'adaptation et accompagner leur mise en place - C'est écrit

All Portrait Expert

All FAQ Guide Connaissance Actu Expert


À quoi servent droits fondamentaux et législation des Monuments historiques lorsque ceux en charge de les faire respecter s’en révèlent incapables ? ? Il y aurait tant à dire et à écrire. Pour ceux que cela intéresse (encore) : la fonction publique (française) pour les nuls.

A tous ceux qui le souhaitent, via l'Espace volontaires, devenez volontaires, mobilisez-vous, exprimez-vous,  proposez, offrez aux générations futures la fierté d'avoir pu contribuer à la sauvegarde d'un patrimoine rare en Haute-Savoie.

Sincères remerciements


Aller plus loin à Bel-Air : Le domaine de Bel-Air, Accès Bel-Air

Aller plus loin à Frangy : Vie municipale © Ensemble, choisissons Frangy,

Aller plus loin :

Des paroles et des actes. A vous de juger.
--
© Ferme de Bel-Air (Frangy) ISMH, Suivez-nous, l'Association